FEP - Fédération d'Entraide Protestante > Actualités > Thématiques > Accueil de l’étranger > Les ITEP, une réponse aux processus handicapants d’apprentissage

Les ITEP, une réponse aux processus handicapants d’apprentissage

Les Instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP) sont au service de jeunes dont le parcours d’apprentissage est fragilisé. Focus sur l’un des ces ITEP, à Nîmes.

Implantée à Nîmes depuis des décennies, la Villa Blanche Peyron est, depuis 2005, l’un des 360 ITEP (Institut Thérapeutique, Éducatif et Pédagogique)* existant en France. Les équipes de cet établissement médicosocial de la Fondation de l’Armée du Salut accueillent et accompagnent aujourd’hui 45 enfants et adolescents, dont les troubles du comportement perturbent, parfois gravement, leurs relations avec les autres et leur accès aux apprentissages.

Une prise en charge dans et en dehors de l’établissement
« Malgré leurs difficultés, les jeunes accueillis ont toutes les capacités intellectuelles nécessaires à leur scolarité ou à leur formation professionnelle », souligne Sabine Hermann, la directrice de la Villa Blanche Peyron. « L’enjeu est de stopper un processus excluant et de leur permettre d’utiliser et de développer tout leur potentiel. Pour cela, des enseignants, éducateurs, psychomotricienne, psychologue, pédopsychiatre, ergothérapeute, coordonnent leurs actions au service de chaque jeune et veillent à son bon développement. » Certains jeunes se rendent quotidiennement dans l’établissement pour suivre une scolarité adaptée, participer à des activités collectives ou faire le point sur leur projet professionnel. L’accompagnement se réalise aussi en dehors de la Villa Blanche Peyron, en lien avec les parents, les établissements scolaires, les référents médicaux, les lieux de stage. Il est en effet indispensable de s’ouvrir sur l’extérieur et d’assurer une coordination cohérente des interventions au service de chaque jeune (lire le portrait ci-contre) : « Ce travail partenarial est au cœur de notre mission », insiste Sabine Hermann.
Objectif de cet accompagnement sur mesure ? Que les jeunes puissent quitter, in fine, la Villa Blanche Peyron avec un diplôme reconnu ou une possibilité sérieuse d’insertion professionnelle. Pour en savoir plus : www.armeedusalut.fr/villabp.

* Chiffre mentionné dans le site de l’Association des ITEP et de leurs réseaux, dont la Villa Blanche Peyron est adhérente : www.aire-asso.fr.

 

visu article 8 copyright Sébastien Godefroy

Un accompagnement global et coordonné pour favoriser l’autonomie et l’épanouissement du jeune

 Témoignage recueilli auprès de Julien Martin, moniteur éducateur à la Villa Blanche Peyron

 « J’accompagne Antoine depuis la rentrée scolaire 2013. Ce jeune et sa famille vivent à Saint-Laurent d’Aigouzes, une commune de 3 000 habitants à une trentaine de kilomètres de Nîmes. Après plusieurs années difficiles, Antoine est entré en 3ème avec un niveau scolaire très bas, une forte tendance à l’absentéisme, et des troubles de la concentration et de la communication ne lui permettant pas de rester dans une classe de 30 élèves toute la journée. Sur sollicitation du collège et des parents, l’équipe de la Villa Blanche Peyron a mis en place, depuis septembre, une prise en charge globale : sur le plan médical, un bilan approfondi a été fait par l’équipe thérapeutique et la maman d’Antoine a mis en place les suivis médicaux nécessaires ; sur le plan scolaire, Antoine va désormais au collège en demi-journée et il s’y sent moins stigmatisé. D’autres enseignements adaptés lui sont proposés à la Villa Blanche Peyron, afin de lui permettre en fi n d’année de présenter le CFG (certificat de formation générale) et non le brevet des collèges, pour lequel son niveau n’est pas suffisant. Pour ma part, je me rends deux fois par semaine au domicile familial pour faire le point sur l’évolution de la situation globale d’Antoine avec ses parents, qui restent ses responsables légaux. Par ailleurs, un soir par semaine, Antoine, qui a appris à prendre seul le bus, me rejoint à Nîmes, où j’organise une sortie qui lui est spécialement dédiée (cinéma, visites, etc.), puis je le raccompagne à son domicile. Il apprend à devenir autonome, à communiquer, etc.»

 

Olivier Ghezzani
Responsable éditorial à la Fondation de l’Armée du Salut

Source : Grâce à la crise, refonder l’action, Proteste n°137, mars 2014

 

Sur le même thème

Délit de solidarité : le guide

Le collectif Délinquants solidaires, est très impliquée, publie son guide sur le délit de solidarité. Un outil pour se mobiliser [...]

POURQUOI S’ABONNER A PROTESTE ?

Proteste est une revue trimestrielle, éditée par la Fédération de l’entraide protestante. Cette revue de 28 pages est proposée sur [...]