FEP - Fédération d'Entraide Protestante > Actualités > Actualités de la FEP > Communiqués de presse > Sans abri, mal-logés, précaires : tous victimes du plan d’économie

Sans abri, mal-logés, précaires : tous victimes du plan d’économie

Communiqué de presse
Collectif des associations unies (dont la FEP est membre)
Paris, le 24 avril 2014

En 2007, les Enfants de Don Quichotte installent leurs tentes sur le Canal Saint-Martin pour interpeller les pouvoirs publics sur la place faite aux plus exclus de notre société. Un an plus tard, le Collectif des Associations Unies est créé lors d’une seconde mobilisation sur les bords de la Seine à Paris. Le 31 décembre 2013, les 34 associations du Collectif à nouveau mobilisées sur le Canal Saint-Martin demandent au Président de la République de ne pas oublier les personnes à la rue et les mal-logés dans ses vœux aux Français.

Ces mises en garde ne semblent pas avoir été entendues. Pire, le gel des prestations sociales annoncé par le gouvernement a consterné les associations du Collectif par l’absence de considération pour les plus pauvres de notre pays qu’il implique.

Le 16 avril, l’annonce du report d’un an des engagements pris dans le cadre du Plan quinquennal de lutte contre la pauvreté a sonné comme un coup de tonnerre sur notre système de solidarité. Toutes ces mesures sont prises alors que la crise économique s’aggrave : 5 millions de personnes sont aujourd’hui touchées par le chômage et le nombre d’allocataires du RSA augmente (+ 7,4 % en un an). Comment expliquer aux personnes exclues du marché de l’emploi que les minimas sociaux ne seront pas valorisés au delà de l’indice des prix avant octobre 2015 ? Comment vivre avec moins de 500€ par mois lorsqu’on est seul au RSA ? De la même façon, comment expliquer le gel des APL aux 6,3 millions de ménages aidés alors même que les coûts du logement sont en constante augmentation ?

Nous l’avons dit, nous le redisons aujourd’hui : notre société doit continuer à protéger les personnes face à la pauvreté, en renforçant les politiques de prévention, d’accès au logement et de soutien au pouvoir d’achat des plus modestes. Monsieur le Président de la République, précariser les plus démunis ne fera qu’accroître la crise politique et économique que notre pays traverse dangereusement.

A l’heure où les inégalités de revenus et de patrimoine ne cessent de croître, le Collectif des Associations Unies s’oppose fermement aux mesures d’économie qui frappent les plus modestes et demande solennellement au gouvernement et au Parlement de corriger cette injustice inacceptable.

Les associations se réuniront dans les prochains jours pour tirer les conséquences des annonces du
gouvernement et décider des suites de son interpellation.

Pour télécharger le communiqué en format PDF, cliquer sur le ci-dessous : CP_240414

Sur le même thème