Faut-il former les bénévoles ?

L’association RIVAGE a été fondée il y a plus de 26 ans pour accompagner la fin de vie, la maladie grave, le grand âge et le deuil. Chaque année l’association forme plusieurs dizaines de bénévoles accompagnants la fin de vie, une condition nécessaire à un accompagnement de qualité mais aussi une grande responsabilité pour l’association. Sa présidente Marie Quinquis témoigne. 

L’originalité de notre bénévolat tient au fait que nous dépendons de la loi du 9 juin 1999 sur les soins palliatifs qui prévoit dans son article 10 et dans on décret d’application du 4 octobre 2004 que « L’association assure la sélection, la formation adaptée à l’activité de l’association au sein de l’établissement et le soutien continu des bénévoles. Elle s’assure du bon fonctionnement de l’équipe des bénévoles et organise son encadrement ». La loi est donc très claire : nous sommes dans l’accompagnement de  la fin de vie, au cœur de l’homme et cela induit de notre part une grande responsabilité dans cette rencontre unique, singulière, essentielle.

Une formation gage accompagnement harmonieux

Nous œuvrons dans la gratuité, mais non dans l’amateurisme. De plus, nous avons un besoin pressant de bénévoles mais nous sommes responsables d’eux, sur le plan de l’équilibre, gage d’un accompagnement harmonieux. Nous avons donc mis en place une formation initiale qui s’étend sur huit mois à raison d’un module par mois (vendredi soir et samedi). Cette formation s’appuie sur trois axes : l’association – l’accompagné – l’accompagnant. Elle nous permet, après deux entretiens de sélection auprès de deux responsables de l’association, de nous confronter à notre projet, de mettre à jour nos forces et de mieux connaitre nos ressources, de travailler également sur nos points faibles que peuvent être nos peurs, nos jugements sur l’autre, voire notre pouvoir sur l’autre par essence.

iStock_000018093438XLarge - copie

Cette formation théorique est suivie par des stages pratiques effectués dans différents services avec tuteur de stage. Puis, la formation s’achève par un bilan de formation avant d’intégrer une équipe. Nos bénévoles ont ensuite l’obligation de participer chaque mois à un groupe de paroles animé par un psychologue afin de pouvoir se décharger de vécus difficiles de certains accompagnants. Il est également proposé une journée de formation continue chaque trimestre afin de continuer le travail sur nous-mêmes. Les thèmes ont choisis, soit par la responsable du bénévolat et des formations, soit par les bénévoles eux-mêmes par le biais de leur coordinateurs d’équipe. Ce processus de formation peut paraitre lourd, mais il est nécessaire pour toujours approfondir notre relation à l’autre rendu vulnérable par la maladie, le grand âge ou le deuil, c’est un moment de partage, de rencontre et d’échange.

Des rencontres justes, dans l’harmonie et la sérénité

Nos formateurs sont tous bénévoles et volontaires ayant le gout de la transmission et des aptitudes pédagogiques. Ils se rencontrent régulièrement pour travailler ensemble et faire évoluer le contenu de leur module de formation. La participation à ces formations tant initiales que continues et aux groupes de paroles est indispensable afin de pouvoir aller à la rencontre de ces femmes, de ces hommes vivant une étape difficile et douloureuse de leur vie. Nous leur devons bien cela afin que notre mission d’engagement citoyen, « de vivre jusqu’au bout quelques chose ensemble » soit moment de rencontre juste, dans l’harmonie et la sérénité.

Marie Quinquis,
Présidente de l’association RIVAGE

Sur le même thème