FEP - Fédération d'Entraide Protestante > Actualités > Actualités de la FEP > Évènements > Retour sur le colloque très grande exclusion : quelles solutions pour les oubliés de la solidarité ?

Retour sur le colloque très grande exclusion : quelles solutions pour les oubliés de la solidarité ?

La Fédération de l’Entraide Protestante (FEP) a organisé en partenariat avec la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) le colloque « Très grande exclusion : quelles solutions pour les oubliés de la solidarité ? », le mercredi 6 décembre 2017, à Paris.

Bannière-colloque TGE_2

                                 

                                           > Découvrez tous les temps forts du colloque 

 

Depuis toujours, la Fédération de l’Entraide Protestante (FEP) et la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) consacrent un important volet de leurs activités à la lutte contre la très grande exclusion et s’évertuent à cerner les nouvelles formes de pauvreté qui se font jour afin d’y apporter des réponses adaptées. Ces dernières années, les associations adhérentes sont confrontées à de nouvelles formes d’exclusion et de pauvreté avec l’émergence d’une population de personnes en situation de forte précarité et qui ne bénéficient pas des dispositifs de droit commun, comme l’accès à un hébergement ou aux soins. Cette exclusion qui impacte aussi les champs social et affectif génère une population d’« invisibles » qui finit par sortir des écrans radars de la protection sociale et de l’action associative.

Comme l’explique Patrick Pailleux, président de la commission nationale exclusion de la FEP, « ce public est encore mal connu car la société n’a pas eu le temps de se rendre compte de son émergence, ni d’apporter des réponses adaptées. »

 

Le colloque, qui a rassemblé experts, acteurs de terrain et personnes accueillies, a permis d’interroger les dispositifs actuels aux côtés de Défenseur des droits, Jacques Toubon, de Florent Gueguen, directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité et de l’anthropologue Wenjing Guo.

 

Dans le cadre de la table ronde « Créer des réponses adaptées », cinq expériences d’accueil et d’accompagnement innovantes développées au sein des associations ont été présentées et discutées.

Le « Hameau », un projet de la Fondation de l’Armée du Salut à Marseille (13)

Ouvert en 2009, le Hameau, à Marseille, accueille dans 11 chalets en bois 20 personnes ayant connu la très grande exclusion et des parcours de rue. Le principe : proposer un accueil à bas seuil à des personnes qui ont refusé jusque-là toutes les solutions d’hébergement. Huit ans après le lancement du projet, l’expérience est un succès tout à fait duplicable.

 

Le Réseau Esaïe de l’agglomération grenobloise (38) 

Le Réseau Esaïe est un projet novateur conçu en 2010 pour permettre à des personnes n’ayant pas droit à l’hébergement dans l’offre des pouvoirs publics d’être accueillies chez des particuliers. Le projet repose sur l’organisation d’un réseau de particuliers hébergeant gratuitement des déboutés du droit d’asile et des mineurs isolés non accompagnés s’appuyant sur le réseau des associations de l’agglomération grenobloise en lien avec des étrangers.

 

Le SSIAD, un projet de l’ABEJ Solidarité à Lille (59)

Ouvert en 2014, le SSIAD de l’ABEJ Solidarité à Lille est né du constat de terrain de la grande difficulté d’accompagnement santé des personnes très marginalisées. Le projet permet de répondre aux besoins de soins et d’accompagnement de ces personnes pour lesquelles les services existants (services de soins à domicile, infirmiers libéraux…) sont en difficulté pour intervenir. Il offre cette prestation de soins adaptée dans le respect de la personne et de son parcours de vie.

 

L’EHPAD Hector Berlioz du Groupe SOS à Bobigny (93)

Le projet de l’EHPAD Hector Berlioz est né d’un partenariat avec ADOMA  pour créer des solutions d’accompagnement à la problématique des travailleurs migrants vieillissants. Pensé dans une logique de mixité sociale, l’EHPAD est construit comme un lieu de vie ouvert à tous et permet à des personnes avec un parcours de vie plus difficile de s’y retrouver.

 

Le projet Paris Mission Interface du Samu social de Paris (75)

Depuis mai 2017, le Samu social de Paris expérimente, pour une durée de onze mois, le projet Paris Mission Interface. Cette mission financée par la Mairie de Paris et par la Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement doit permettre d’insérer les personnes âgées sans-abri.

 
Pour clôturer cette journée d’échange et de réflexion, Louis Gallois, président de la Fédération des acteurs de la solidarité, Éric Pliez, président du Samu social de Paris et Jean-Michel Hitter, président de la Fédération de l’Entraide Protestante ont dressé les premières pistes de solutions pour permettre de lutter efficacement et durablement contre la très grande exclusion.

Sur le même thème