FEP - Fédération d'Entraide Protestante > Actualités > Thématiques > Accueil de l’étranger > L’accueil des réfugiés : recommandations de la Fondation Diaconesses de Reuilly

L’accueil des réfugiés : recommandations de la Fondation Diaconesses de Reuilly

La Fondation Diaconesses de Reuilly a répondu, comme beaucoup d’autres, à l’urgence de l’accueil des réfugiés. Dès 2015, au milieu d’un débat passionné, elle a pris une position qu’elle a résumé par ces mots : « Des paroles aux actes ».

Elle a développé cette activité en mettant en place, avec le concours de ses cadres, de professionnels et de nombreux bénévoles, un service qui propose aujourd’hui plusieurs structures d’accueil (Centre d’accueil et d’orientation, Centre d’accueil pour demandeurs d’asile, Accueil temporaire-service d’asile, Mineurs non accompagnés.). Ce développement demande à ce que la Fondation définisse clairement les orientations de ces nouveaux services. 

  1. La Fondation a pour but « d’apporter, dans une éthique spirituelle protestante, dans la continuité de l’Histoire et de la pratique des Diaconesses de Reuilly, des réponses à des besoins de société repérés et/ou émergents… », notamment dans les domaines des soins, de l’éducation et de l’action sociale. Elle a estimé qu’il était de sa vocation de participer à l’accueil des réfugiés en donnant refuge aux familles, aux adultes et aux mineurs non accompagnés dans le cadre de la protection de l’enfance. Elle s’est inscrite dans les réponses aux appels lancés par les organisations protestantes dont elle est membre (Fédération Protestante de France, Fédération de l’Entraide Protestante), comme par les pouvoirs publics.
  2. Aujourd’hui comme hier, l’accueil des migrants et des mineurs non accompagnés interroge les fondements mêmes de notre éthique de l’hospitalité. La Fondation n’ignore pas l’inévitable débat de société sur les politiques migratoires, dont l’arbitrage appartient aux pouvoirs publics. Mais son engagement constant, depuis plus de 175 ans, au service des plus vulnérables lui fait un devoir : « Exilés : l’accueil d’abord ! » , selon les termes du plaidoyer de la Fédération de l’Entraide Protestante.
  3. La Fondation Diaconesses de Reuilly partage ainsi et met en œuvre les convictions humanistes qui reconnaissent sa dignité à chaque être humain, les mêmes droits fondamentaux au respect et à l’accès aux soins nécessaires à la vie.

Elle y entend le message d’espérance de l’Evangile : « J’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé… »  (Evangile de Matthieu 25).

 

  1. La Fondation Diaconesses de Reuilly s’inscrit ainsi dans la mise en œuvre des politiques publiques qui répondent à cette mission et s’efforce de rassembler tous les moyens disponibles pour offrir un accueil digne et un service de qualité.

Sans porter quelque jugement que ce soit sur d’autres types d’actions, la Fondation Diaconesses de Reuilly se donne comme priorités les orientations suivantes :

  • Elle accueille toutes celles et ceux qui lui sont présentés, sans exclusion ni préférence a priori; elle leur propose, autant que possible, un accompagnement qui leur soit adapté, quelles que soient leur nationalité, leur religion, leur condition sociale, de famille, d’âge.
  • Pour offrir un accueil bienveillant et respectueux de la personne, la Fondation Diaconesses de Reuilly privilégie l’accueil en petites unités de vie permettant de garder des relations humaines de qualité parmi les groupes accueillis et avec les populations voisines.
  • La Fondation Diaconesses de Reuilly doit permettre aux personnes accueillies d’accéder à l’éducation, aux soins et à leurs droits…Elle sera vigilante à ne pas créer de « ghettos », mais à leur permettre de s’intégrer au mieux à la vie sociale, notamment par l’apprentissage de la langue française. Elle attend de ces personnes une participation active à cet effort d’intégration.
  • La Fondation Diaconesses de Reuilly se veut respectueuse des cultures et des religions des personnes accueillies et attend d’elles le même respect des modes de vie des autres, réfugiés ou accueillants. Elle ne saurait accepter que des pratiques discriminatoires, des violences inter-ethniques, ou des atteintes à la dignité de la personne soient commises au nom de quelque croyance ou tradition.
  • Il revient aux pouvoirs publics de se prononcer sur leur situation, leur statut éventuel de réfugié, leur droit à séjourner sur le territoire français, et de mettre en œuvre les conséquences de ces décisions. Le rôle propre de la Fondation est d’accompagner dignement ces personnes en leur permettant d’avoir accès à la plus large information sur leur situation, en facilitant et en veillant à l’exercice effectif de leurs droits, en les orientant vers des personnes ressources et finalement en leur permettant d’exercer au mieux leurs responsabilités face aux décisions – positives  ou négatives –  qui seront prises à leur égard.
  • Une attention particulière sera portée aux mineurs non accompagnés, dont la situation et les besoins sont différents. La Fondation accompagnera les professionnels et les bénévoles dans la mise en œuvre de cette mission. Elle continuera donc à chercher les accompagnements adaptés au public qu’elle accueille.

 

La Fondation Diaconesses de Reuilly continuera ainsi à la mesure de ses moyens, – en s’interrogeant sur ses limites, mais sans jamais se résigner – à répondre aux différents appels de l’Etat et des collectivités départementales ; elle s’attachera à recruter des professionnels partageant ses valeurs et à coordonner les réseaux de bénévoles qui apportent une contribution essentielle en complément des financements publics.
Par ses actions et ses publications, elle contribuera à faire baisser le niveau des peurs à l’égard de l’étranger et à faire changer le regard porté sur lui.

 

En répondant ainsi aux nouveaux défis de l’accueil des réfugiés, la Fondation est invitée à réaffirmer son engagement : accueillir et accompagner.

Sur le même thème