Historique

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, les nombreuses œuvres diaconales qui coexistaient au sein du  monde protestant français constituaient une mosaïque d’institutions hétérogènes, et, pour la plupart d’entre  elles, isolées. L’édification d’une maison commune regroupant toutes les composantes de la diaconie protestante en France s’est étalée sur près d’un demi-siècle.
 
institution_sourds-muets_aveugles_saint-hippolyte-du-fort_800
 

l’immédiat après-guerre

En 1949, la constitution de la Fédération des œuvres évangéliques (FOE), suivie, un an plus tard, par celle de la Fédération des institutions chrétiennes (FIC) s’inscrivit dans le contexte de l’immédiat après-guerre : il fallait remettre en état les bâtiments endommagés, recruter des cadres compétents, se moderniser et s’adapter à un environnement profondément renouvelé avec la mise en place d’un système public de protection sociale.

La FOE, pour les départements de l’Alsace et de la Moselle et la FIC, implantée dans les autres départements, poursuivaient un triple objectif :
• rapprocher les institutions diaconales et les Églises issues de la Réforme, en rappelant inlassablement aux paroisses les devoirs sociaux d’une Église vivante ;
• partager les expériences ;
• représenter leurs adhérents face aux pouvoirs publics.
 

Les « Trente Glorieuses »

Au cours des « Trente Glorieuses », les cadres dirigeants et le personnel se professionnalisèrent, ce qui ne fut pas sans préoccuper les dirigeants associatifs qui s’alarmaient des risques de sécularisation des institutions et de la perte de leur référence protestante. En 1982, la FIC adopta le nom de Fédération protestante des œuvres (FPO).
 

1984

L’Entraide protestante fédération nationale (EPfn) vit le jour, dans le contexte de la mobilisation pour faire face aux conséquences de la crise et à la « nouvelle pauvreté ». Elle fut immédiatement reconnue par l’Etat comme la tête de réseau nationale des associations protestantes engagées dans la lutte contre l’exclusion. Elle put ainsi bénéficier de dotations de l’État pour susciter ou encourager des initiatives locales. L’EPfn qui fédérait 200 institutions fut reconnue d’utilité publique le 19 février 1990.
 

1989

Lors d’un congrès commun, la FPO, la FOE et l’EPfn prirent l’engagement de se rapprocher pour offrir un service et un témoignage communs.
 

1992

En janvier 1992, la FPO fusionna avec l’EPfn. En 1994, la FOE, tout en conservant sa personnalité juridique, devint l’union régionale Grand Est de l’EPfn.
 

1998

L’EPfn prit le nom de Fédération de l’Entraide Protestante (FEP). Sa charte fut amendée et complétée pour tenir compte de l’ensemble des composantes de la fédération unifiée.
 

Les années 2000′

A partir de 2001, la FEP entama un processus de régionalisation avec la mise en place de comités régionaux et la création de fonctions de secrétaires régionaux. Elle est composée de six régions, animées par des comités régionaux.
 

2011

La FOE adopte la dénomination de Fédération de l’Entraide Protestante Grand Est (FEP Grand Est).